top of page
  • croixbleue57

le jour d'après - Franck

Dernière mise à jour : 26 juil. 2023

Le jour d’après…

Mais avant tout comment ne pas penser au temps d’avant… celui qui revenait récurrent, ou celui d'après qui n'existait pas encore.


Les années où les mois étaient des semaines, les semaines des heures, les heures des secondes, le temps hors du temps.


Je n'oublie pas les nuits blanches à me demander comment être devant l'entrée du magasin à 9h00 du "mat".

Les emplois perdus, les amis perdus, "le champ de bataille était trop vaste. "

D'autres, plus lointains, croyaient dur comme fer que le fossoyeur avait déjà fait son œuvre.


Certains étaient toujours là parce qu'avec moi, le débit de boissons était toujours ouvert 24 heures sur 24, mais surtout gratuit… !!!

Je n'oublie pas les amours perdues à jamais, mais en étaient-ce vraiment ? Puis tous ces trajets à coups de sirène…, s'il devait y avoir un guide Michelin des hôpitaux de France, je serais à coup sûr les yeux fermés embauché comme critique.


Avant, je buvais pour oublier que je vivais, je dormais pour oublier que je buvais, mais cela c’était avant.


Aujourd’hui, je me vois enfin, je fais toutes ces choses si banales pour bien d’autres, mais qui pour moi sont si jouissives.


Je me lève et je me bouscule comme le dit la chanson.

Le réveil sonne, je suis debout, je prends mon café, mes tartines, je fais ma toilette, je m’habille et ouvre cette fenêtre si longtemps fermée, je respire l’air frais du matin et dis bonjour au soleil, dis bonjour à la vie.

Aujourd’hui, j’ai des tas de choses à faire, écrire un texte pour ce soir alors je me lance, je ne remets plus rien à demain.


Aujourd’hui, une chose inattendue et surprenante m’est arrivée…moi qui clamait haut et fort que l’on ne m’y reprendrait plus, moi le pochtron qui confondait les réverbères du soir en maîtresse d’une nuit…, voilà que l’Amour s’est invité dans ma vie, allons donc…, vous me direz c’est le printemps, mais pour quelqu’un qui n’a connu que l’hiver ces dernières années, cette douce chaleur je la prends précieusement et entends bien la préserver.


Carpé-Diem, c’est-à-dire : « profite du moment présent ».


Il y a aussi les amis de toujours, ceux qui ne m’ont jamais tourné le dos, ceux qui ont eu tellement de fois ma vie entre leurs mains, j’y tiens comme à la prunelle de mes yeux, ils sont tellement heureux de me retrouver aujourd’hui en bonne santé.


Je n’oublierai jamais la phrase fétiche de ma meilleure amie : "Eh, Franck, bienvenue dans le monde des vivants. »

Et ma mère, ma famille toujours là, ils s’étaient juste un peu éloignés, la douleur était trop forte, de nouveau je les sens tous là tout près de moi…, Maman merci.

Depuis des mois, enfin j’ai de nouveaux amis, eux, ce qu’ils souhaitent vraiment c'est que mon bar reste définitivement fermé !!!


Aujourd’hui, le jour d’après, je me projette bien plus loin que je ne l’avais imaginé, la vie m’a offert une deuxième chance, alors je la saisis, je la tiens au creux de mes mains je ne la lâcherai pas de sitôt.


Je sais que pour nous tous il y a une deuxième chance, certain, et c’est heureux l’ont eu bien avant. Ils sont à eux seuls des phares bienveillants. La vocation d’un phare est de guider les frêles embarcations et leur éviter le naufrage.


Avant, je n’étais qu’une coquille de noix vide dérivant au gré des tempêtes. De cette coquille j’ai monté une voile, ai pris mes amis comme moteur puis pris un cap, que jamais je ne voudrais pour rien au monde quitter.


Enfin un jour j’espère faire comme mes amis être un gardien pour d’autres, un émissaire de la vie, de l’amour, de l’amitié et puis si vous le voulez de la joie, de l’humour et du rire.


Enfin pour terminer cette bafouille je vous dirais que le jour d’après c’est aujourd’hui pour nous tous, qui sommes présents ou pas. L’important, c’est maintenant, c’est demain.


C’était le temps d’avant… C’est le jour d’après.


Franck Nyszys (Croix Bleue Épinal).


« Un jour où l’on te dit que reprendre un verre d’alcool ce serait comme aller se baigner sans savoir nager, et bien quand on sait qu’on va se noyer on réfléchit.

Jacques Dutronc. »




16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page